top of page
  • micheleprevost

Algues bleu-vert (cyanobactéries) dans le lac Gervais en septembre 2023.

Dernière mise à jour : il y a 4 heures


Résumé de la situation au 8 octobre 2023

  • Les fleurs d'eau ou proliférations d'algues bleu-vert (cyanobactéries) causent des nuisances (gouts, odeurs, irritations cutanées, etc.) et de la toxicité (si des toxines algales sont produites).

  • Après le signalement de fleurs-d'eau aux lacs Bibitte et Tremblant, des avis préventifs ont été émis par les villes de Mont Tremblant et de Lac Tremblant Nord.

  • La municipalité de LTN a lancé des activités pour confirmer la présence d'algues bleu-vert et pour vérifier la toxicité de ces fleurs d'eau aux lacs Bibitte et Tremblant.

  • La présence d'un type de cyanobactéries, Gloeotrichia, qui forme des flocons blancs dans l'eau est confirmée.

  • Aucune toxicité n'a été détectée par des tests au CREDEAU de Polytechnique sur des échantillons prélevés le 15 et 23 septembre.

  • Au lac Gervais, aucune accumulation importante n'a été rapportée, mais des flocons blancs dispersés ont été observées le 17 septembre et n'étaient plus visibles le 22 septembre. Des échantillons ont été analysés et ont montré des niveaux de cyanobactéries justifiant une surveillance pour l'eau potable.

  • Compte tenu de l'absence de toxicité, les risques à la consommation d'eau potable du lac et pour les activités de contact ont été jugés comme très faibles au lac Gervais.

  • D'autres signalements de fleurs d'algues bleu-vert ont été effectués en septembre dans la région. L'année 2023 serait une année propice au développement de fleurs d'eau.


 

Des fleurs d'agues bleu-vert dans la région de Tremblant en septembre 2023

Le 8 septembre 2023, deux communiqués publics ont été émis pour les Lac Tremblant et Bibitte concernant la 'possible existence de cyanobactéries' ou algues bleu-vert. Ces observations ont été rapportées par des riverains et des échantillons transmis au Ministère de l'environnement du Québec. Un rappel des précautions pour ces lacs a été fait par la municipalité de LTN le 15 septembre.

IMPORTANT-Precautions-a-prendre-–-Qualite-deau-du-lac-Tremblant-1
.pdf
Download PDF • 203KB

En attente des résultats officiels du Ministère, d'autres échantillons ont été prélevés au lac Bibitte et au Lac Tremblant:

1) dans le cadre du programme J'adopte un lac de l'Université de Montréal qui mesure avec grande précision une gamme de toxines de cyanobactéries et les nutriments (azote et phosphore)

2) par le CREDEAU de Polytechnique pour la mesure rapide de microcystine par bandelettes et l'identification des espèces présentes par dénombrement microscopique. Les résultats seront disponibles la semaine du 18 septembre.


Les fleurs d'eau observées aux Lac Bibitte et Lac Tremblant étaient principalement ou partiellement causées par une cyanobactérie appelée Gloeotrichia echinulata. Cette cyanobactérie forme des colonies, soit des amas de 1-3mm contenant plusieurs milliers de cellules qui deviennent visibles à l'oeil nu. Elle peut parfois produire des toxines, notamment la Microcystine LR , ce qui reste à confirmer avec les analyses en cours. Les cellules s'assemblent sous forme d'une boule de filaments tel que le montre l'image en fluorescence (chaque point vert est une cellule).

Ce sont un peu des anénomes de lac!


Gloeotrichia mesurée au Lac Bibitte (CREDEAU Jacinthe Mailly) Anemone de mer


Les résultats analyses par microscopie effectuées à Polytechnique et au GRILL confirment que les accumulations observées dans les lacs de la région sont des colonies de Gloeotrichia echinulata.


Colonies observée dans un échantillon d'eau le 15 et 23 septembre 2023 (CREDEAU Jacinthe Mailly)

Les colonies de Gloeotrichia sont visibles sous forme le petites boules blanchâtres en suspension de plusieurs milliers de cellules. Parfois elles sont dispersées sur toute la colonne d'eau, difficiles à distinguer.

photos des de lacs de la région de Tremblant

Parfois elles s'accumulent sous forme d'écumes au bord de l'eau typiquement en aval du vent dominant.

photos des de lacs de la région de Tremblant

Des accumulations (écumes) ont été collectées le 15 et 23 septembre 2023 et analysées pour la présence de toxines en utilisant une test rapide de bandelettes pour la détection d'un groupe de toxines, les mycrocystines. Ces résultats ont montré que la fleur d'eau de Geotrichia dans un lac à proximité échantillonnée le 15 et 23 septembre n'est pas toxique (absence de microcystines). Des mesures additionnelles de toxines seront effectuées par l'Université de Montréal dans le cadre du programme 'Adopte un lac'.


Est-ce un événement normal dans un lac en santé ? Des lacs faibles en substances nutritives commes les lac Tremblant, Bibitte et Gervais, sont considérés comme moins à risque pour les fleurs d'eau intenses et fréquentes. Plusieurs études récentes font état de fleurs d'eau de Goeotrichia dans les lacs du nord de l'Ontario, du Maine, du New Hampshire, de la Pologne et de la Suède. On les retrouve dans les lacs à faibles niveaux de nutriments comme plusieurs lacs de la région de Tremblant (oligotrophes). Les causes potentielles comprennent des températures élevées, des changements de nutriments et le mélange des lacs.

 

Informations sur la présence d'algues bleu-vert (cyanobactéries) au Lac Gervais en 2023


En septembre, il n'y a pas eu de signalement d'accumulation majeure de cyanobactéries ou fleurs d'eau au Lac Gervais.

  • Au moment de l'avis donné pour les autres lacs de la région, Michiel et Michèle ont fait le tour du lac en kayak le 9 septembre et n'avons pas observé d'accumulation d'écumes de cyanobactéries. De plus, nous avons parlé à plusieurs riverains en ponton et quelques pêcheurs. Ils n'avaient pas non plus observé de telles accumulations.

  • Le 17 septembre 2023, des particules blanches semblables à celles observées au Lac Bibitte ont été observées au bout d'un quai dans la baie sud est du Lac Gervais. D'autres riverains en ont observé au bout de leur quai dans les secteur sud du lac.

  • Des échantillons ont été prélevés et envoyés pour analyse le 17 septembre. Quatre sites sur le lac ont été échantillonnés grace à notre nouvelle résidente Elaine et son mari qui ont offert leur ponton! Le 22 septembre, ces flocons blancs n'étaient plus visibles.

  • Des échantillons d'accumulations (écumes) provenant d'un lac à proximité ont été analysés pour la présence de toxines. Les résultats des mesures effectuées le 15 et 23 septembre par une riveraine du lac Gervais, Julie Philibert, montrent que les toxines sont sous le niveau de détection (<0,5 ug/L de microcystines).

  • Comme les résultats n'ont pas montré pas de toxines détectables même avec des accumulations importantes, les risques de toxicité au lac Gervais auraient donc été très faibles.





Résultats d'identification des cyanobactéries au Lac Gervais :

Les dénombrement des cyanobactéries au microscope est la méthode de référence pour vérifier le nombre et les espèces de cyanobactéries présentes. Ce travail a été effectué par des spécialistes du GRIL qui travaillent en collaboration avec Polytechnique Montréal. Les résultats des analyses au lac Gervais le 17 septembre montrent la présence de 23 857 cellules/mL de cyanobactéries (biovolume de 0,14mm3/L). Les plus espèces les plus abondantes : Coelosphaerium kuetzingianum, Cyanodictyon imperfectum et Chroococcus prescottii. Seule la première espèce est capable de produite des toxines.


Ces valeurs peuvent etre comparées aux seuils de surveillance utilisés pour guider les actions de prévention. Les résultats des comptes peuvent être comparés à des seuils de surveillance des lacs pour l'eau potable ou la baignade. Pour l'eau potable, une concentration de 20,000 cellules/mL a été proposée comme le premier niveau de vigilance avec surveillance, alors que l'Organisation Mondiale de la Santé (2021) recommande un biovolume de 0,3mm3/L. Les résultats du Lac Gervais nous placent à ou sous la limite de la surveillance. Pour la récréation, les seuils sont plus élevés à 4mm3/L.

Ces résultats montrent que le risque pour l'eau potable et la baignade étaient faibles au Lac Gervais.


 

Est-il risqué de se baigner ou de boire l'eau du lac?


OUI, s'il y a une fleur d'eau de cyanobactéries suspectée ou confirmée, il est recommandé par le ministère de prendre ces précautions à proximité de la fleur d'eau:

éviter la baignade, le ski nautique, la planche à voile, la plongée et le kayak. Il est aussi précisé d'éviter de boire l’eau, de l’utiliser pour faire la cuisine et préparer des breuvages ou des glaçons, de vous en servir pour vous brosser les dents, de la donner à vos animaux.

En fait, tous les sports d'eau et la consommation d'eau potable sont touchés.

 

Les cyanobactéries ou algues bleu-vert...c'est quoi?


Plusieurs informations sont disponibles dont le site web du ministère de l'Environnement du Québec:

'Les algues bleu-vert sont des organismes microscopiques dont le nom scientifique est « cyanobactéries ». Elles existent depuis plus de trois milliards d'années. L’appellation « bleu-vert » vient des pigments bleus et verts dominants chez la plupart des espèces. Certaines affichent des couleurs différentes, comme du rouge ou du brun, mais nous les observons moins souvent.

Les algues bleu-vert sont naturellement présentes dans les lacs et les rivières du Québec à de faibles densités. Elles posent problème quand elles se multiplient trop et forment des « fleurs d’eau ». Celles-ci ressemblent souvent à une soupe de miniparticules ou à un potage au brocoli. Certaines peuvent s’accumuler en surface, sous forme d’écume ou de déversement de peinture, et s’entasser ensuite près du rivage.'




Un excellent site avec des questions réponses est aussi disponible


Les cyanobactéries ne posent pas de risque à la santé directement, mais elles peuvent produire des toxines qui ont d'importants effets sur la santé. Certaines de ces toxines sont réglementées par le règlement sur la qualité de l'eau potable du Québec. Certains plans d'eau au Québec, comme la Baie Missisquoi du Lac Champlain, ont périodiquement des concentrations de toxines très élevées qui représentent des risques élevés pour la consommation d'eau potable et les sports nautiques de contact. De plus, les accumulations de cyanobactéries produisent des composés qui donnent des gouts et odeurs indésirables à l'eau. Ces gouts et odeurs n'ont pas d'effets sur la santé mais sont désagréables pour le consommateur.


Seulement certaines cyanobactéries sont capables de produire des toxines, et les cyanobactéries qui ont cette capacité ne produisent pas toujours des toxines. La simple présence de cyanobactéries ne signifie pas de risque à la santé ou une indication de dégradation d'un lac. Pour avoir un risque significatif, il faut avoir une accumulation de cyanobactéries ou fleur d'eau. Cette accumulation est visible sous forme d'écumes, flocons, trainées, etc. dans l'eau.


Les cyanobactéries ne posent pas de risque à la santé directement, mais certaines cyanobactéries peuvent produire des toxines qui ont d'importants effets sur la santé. Certaines de ces toxines sont réglementées par le règlement sur la qualité de l'eau potable du Québec. Certains plans d'eau au Québec, comme la Baie Missisquoi du Lac Champlain, peuvent avoir périodiquement des concentrations de toxines très élevées qui représentent des risques levés pour la consommation d'eau potable, et les sports nautiques de contact. De plus, les accumulations de cyanobactries produisent des composés qui donnent des gouts et odeurs indésirables à l'eau. Ces gouts et odeurs n'ont pas d'effets sur la santé mais sont désagréables pour le consommateur.

 

Comment surveiller et détecter des accumulations de cyanobactéries au Lac Gervais?


Le communiqué de Lac-Tremblant-Nord mentionne qu'il est important d'être vigilants et rapporter les accumulations de cyanobactéries. En raison des signalements aux Lacs Tremblant et Bibitte, il serait utile de signaler toute accumulation. Quand vous êtes sur le lac, vous pouvez facilement faire cette observation.

exemples de fleurs d'eau en septembre 2023


À quoi ressemble une accumulation ou fleur d'eau de cyanobactéries?

Les accumulations peuvent être locales, limitées à la rive, concentrées au fond d'une baie (souvent en aval du vent) ou encore présentes dans toute la colonne d'eau. On les trouve sous forme de longues trainées, de flocons dispersés ou dispersions plus ou moins homogènes de la densité d'une soupe aux pois.



Si vous observez une telle accumulation et suspectez la présence d’une fleur d’eau vous pouvez rapporter cette situation :

  • en remplissant le formulaire de constat visuel et en le transmettant par télécopieur ou par courriel à la direction régionale du Ministère;

  • en téléphonant à la direction régionale du Ministère et en demandant à parler au responsable du dossier des cyanobactéries;

  • en dehors des heures d’ouverture, en communiquant avec Urgence-Environnement au 1 866 694-5454.

Prenez des photos et localisez bien le site ou vous avez vu cette accumulation.

Ce serait aussi bien d'aviser l'APLG pour que cette information puisse être diffusé

lacgervais@outlook.com

 

Y-a-t-il des cyanobactéries dans le Lac Gervais et des fleurs d'eau sont-elles probables?


Oui, il y a des cyanobactéries dans le lac Gervais mais à de faibles concentrations, comme dans tous les lacs.. c'est normal et bon signe.


Avons nous déjà mesuré les cyanobactéries au Lac Gervais?

En 2022, nous avons mesuré par sonde la présence de cyanobactéries en mesurant la phycocyanine, un pigment spécifique aux cyanobactéries d'eau douce. Toutes les mesures effectuées à deux dates à 5 points du lac étaient sous la limite de détection de la sonde. Nous étions aussi inscrits dans le programme de Adopte un lac de l'université de Montreal pour la détection de toxines. Nos échantillons n'avaient pas assez de cyanobactéries pour pouvoir les détecter.

Nous n'avons pas de mesures en 2023 mais il n'y a eu des observations suggérant la présence de fleur d'eau de cyanobactéries, mais moins concentrées qu'aux lacs Bibitte et Tremblant.

Un suivi est en cours suite aux développement dans plusieurs lacs de la région.


Le Lac Gervais est-il à risque pour des fleurs d'eau de cyanobactéries?

Plusieurs facteurs favorisent les fleurs d'eau de cyanobactéries tel que résumé par le ministère de l'Environnement du Québec:

'Plusieurs facteurs favorisent la prolifération des algues bleu-vert, comme la température élevée de l'eau, le faible courant, la stagnation de l'eau et les changements climatiques. Le principal coupable est toutefois le surplus de phosphore.'

Pour le phosphore: Nous avons mesuré le phosphore en 2022 lors des études de caractrisation (voir section document). Nous participons cette année au programme RSVL par lequel le phosphore a été mesuré à trois reprises en 2023. les résultats de 2022 montrent des valeurs qui classent le Lac Gervais comme ultra-oligotrophe, à oligotrophe avec des concentrations de phosphore semblables à celles du Lac Tremblant ou du Lac Joly. Nous sommes à faible risque pour le phosphore.

Pour la température: La température de l'eau du lac se réchauffe rapidement, comme celle de tous les lacs au Québec. La période de couvert de glace diminue rapidement au Québec. Ces changement sont importants et augmentent le risque de croissance de cyanobactéries

Pour les changements climatiques: les pluies intenses de plus en plus fréquentes en raison des changement climatiques augmentent le risque de fleur d'eau. Le ruissellement intense apportent plus de nutriments aux lacs (azote et phosphore), à moins que l'érosion soit minimisée. Pour le Lac Gervais, cela veut dire que les bandes riveraines de protection au bord du lac et des ruisseaux tributaires sont vraiment importantes pour minimiser cet impact. Aussi important est le contrôle de l'érosion et du ruissellement durant toute construction. Cet apport pendant les pluies intenses peut déclencher des fleurs d'eau quelques semaines plus tard.


Considérant les données de qualité d'eau de 2022 (voir rapport sur page documents), le lac Gervais apparaît comme un lac à faible risque, au même titre que les lacs Tremblant et Bibitte. Pourtant, ces lacs semblent être touchés cette année par des fleurs d'eau, ce qui a incité les villes de LTN et de Mont-Tremblant à émettre des avis préventifs. Des publications scientifiques récentes suggèrent que les lacs nordiques en l'Ontario et de la Suède, auparavant rarement touchés (pauvres en phosphore), pourraient être sujets à des fleurs d'eau en raison de périodes plus courtes de couverture de glace et d'épisodes de fortes précipitations. Les conditions climatiques futures pourraient accroître la vulnérabilité aux fleurs d'eau à l’avenir.


Une étude de très grande envergure a été réalisée par l'Université de Montréal, Polytechnique Montréal et HEC de 2016 à 2023. Ce grand projet appelé ATTRAP a permis d'avancer les connaissances sur la prévision et le contrôle des cyanobactéries. Deux riveraines du Lac Gervais, Julie Philibert et Michèle Prévost ont participé à ce grand projet. Nous avons développé des outils de surveillance, des modèles de prédiction des fleurs d'eau et des méthodes de traitement de l'eau potable.


Parmi les conclusions importantes de ce grand projet qui sont pertinentes à notre lac:

  • la surveillance des cyanobactéries et de leurs toxines peut être faite avec des outils faciles à utiliser et qui donnent des réponses rapides (moins d'une heure). Si une fleur d'eau était suspectée au Lac Gervais, ces outils seraient disponibles et utiles.

  • le traitement par filtration ou UV ne permet pas d'enlever les toxines de cyanobactéries. Pour enlever les toxines, il faut des traitements plus avancés comme l'adsorption sur charbon actif, l'ozonation, l'oxydation avancée et la filtration sur membrane. Les riverains utilisant l'eau du Lac Gervais sans traitement ou avec un traitement de filtration+UV seraient exposés aux toxines de cyanobactéries, s'il y en avait durant la fleur d'eau.

Pour les riverains qui ont un systèmes déjà une filtration par cartouche, il est possible d'acheter des cartouches de filtration sur charbon actif en bloc qui peuvent enlever les toxines.

 





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page